SphynxRazor



Hillary a dénoncé le racisme derrière le « Birtherism » de Trump dans une diatribe sur Twitter

Hillary Clinton est furieuse que Donald Trump ait tenté de la blâmer pour la théorie raciste du complot de naissance qu'il a contribué à diffuser pendant environ une demi-décennie.

Pendant des années, Trump a constamment suggéré que le président Obama n'était pas né aux États-Unis.

Il a finalement admis que le président était né en Amérique vendredi. Trump a dit ,

Le président Barack Obama est né aux États-Unis, point final. Maintenant, nous voulons tous recommencer à rendre l'Amérique forte et grande à nouveau.

Ouais, c'est là où nous en sommes en tant que pays en ce moment : un candidat à la présidence d'un grand parti politique vient de tenir une conférence de presse, qui était en fait plus une commerciale pour son hôtel , et a reconnu que notre président est en fait américain.


C'est absurde que cela ait même dû arriver.

Lors de la conférence de presse, Trump s'est à peine adressé au mouvement birther et ne s'est pas excusé d'avoir répandu un mensonge flagrant sur le président.


Mais il a fait l'affirmation audacieuse et complètement fausse qu'Hillary Clinton était responsable du mouvement birther.

Trump nous a menti en face.

Hillary Clinton n'avait pas cela.

Le mouvement birther a toujours été raciste.


Il a été créé et diffusé par des gens qui n'aimaient pas le fait que le président soit noir.

Ils ont tenté de manière fallacieuse de le présenter comme un infiltré musulman étranger du Kenya.

Au cas où il y aurait confusion : le président Obama est né à Hawaï en 1961. Il n'est pas musulman et même s'il l'était, pourquoi serait-ce un problème?

C'est dommage qu'il soit nécessaire de le dire, mais il n'y a rien de mal à être musulman. Mais avec un candidat à la présidence comme Trump, il est devenu de plus en plus nécessaire de défendre le bon sens et la décence fondamentale.


L'élection est dans 52 jours.

En tant que pays, nous devons décider si nous voulons vraiment un homme qui a explicitement suggéré que le premier président noir n'est pas né aux États-Unis comme notre prochain dirigeant.